Naruto Shouka
Bienvenue sur Naruto Shouka, merci d'être passé sur ce fabuleux Forum RP, en espérant vous voir RP avec nous...



Naruto Shouka


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hakiko Shui
Déserteur de Rang A
Déserteur de Rang A
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

Fiche Ninja
Technique :
Ryos: 500
Inventaire:

MessageSujet: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 0:28

Votre personnage


x Nom : Shui
(Son nom de famille)

x Prénom :Hakiko
(Son petit prénom)

x Âge : 19 ans


x Date de naissance: 13 Juin

x Lieu de Naissance : Konoha

x Sexe : Féminin

x Affinités : Katon – Futon

x Rang : A. ( Si possible )

x Clan : « Je suis du clan Shui, un clan, que je hais »

xArmes : Deux katanas, et une dague accrochée à la cuisse.

x Lieu de résidence : Hakiko est un Kunoichi indépendante et totalement sédentaire, ce qui veut dire qu’elle n’a pas vraiment de domicile fixe, pas vraiment signifie qu’elle vit chez les autres lorsque le soleil se couche. Elle tue les propriétaires sans aucun scrupules et vit pendant une nuit et une matinée dans la maison, avant d’y mettre feu.
Hakiko n’a aucun port d’attache, elle ne revient jamais deux fois dans les mêmes villages, elle ne supporte pas l’attachement. Elle n’e a plus depuis plusieurs années.

x Caractère :
« Bien le bonjour, je suis Hakiko, et je vais me peindre en un portait totalement vrai et je n’épargnerais aucun des détails de mon abominable personnalité. Oui mon abominable, ma détestable personnalité, je ne suis pas une femme gentille, je n’aime personne. Bien commençons, par le commencement si vous le souhaitez.
je ne suis ni gentille, ni adorable, ni mignonne, je n’ai peut être pas beaucoup de qualités il faut il le savoir. Je ne suis pas généreuse, pas serviable. Impatiente, je n’aime pas attendre, mais au contraire je déteste que l’on me fasse attendre, c’est sûrement une qualité qui me fait défaut aujourd’hui. J’en ris. J’en soupire. Autre qualités que je n’ai pas, en y réfléchissant bien, je ne ne connais pas la pitié, je ne sais pas ce que signifie sympathie. Je ne me dévoile pas, c’est une chose qui m’exaspère, d’ailleurs beaucoup de choses m’exaspèrent, les oiseaux, le beau temps, les enfants, c’est pour ça que je n’ai aucune pitié à les tuer puisque je n’aime pas cela, je n’ai pas de raison pour être en colère, ce qui me fatigue me rend méchante. Bon sinon, je suis superficielle, matérialiste, et factice, la seule chose belle en moi c’est mon apparence. Je ne suis pas sensible, je n’aime pas les sentiments selon moi ils sont simplement là pour faire souffrir les gens, et ces sentiments m’ont fait souffrir, alors maintenant lorsqu’on me parle des sentiments, j’en ris, je m’en fiche, ou alors je vous tue. Je n’agis jamais sans bonnes raisons, on ne joue pas avec moi. Je suis sincère dans toutes les choses que je dis ou que j’entreprends, tout ce qui peut me passer par la tête passera par mes lèvres. Je dis tout, et j’aime blesser par les paroles les plus basses possible. Je suis lâche et irrespectueuse, je ne m’encombre pas de règles qui ne sont pas les miennes. Et comme vous avez pût le remarquer, j’utilise très souvent le « je » c’est une personne que j’adore, en effet, je suis complètement et définitivement égoïste et égocentrique, en tantinet narcissique, un peu, bon d’accord peut être beaucoup.
j’ai caractère assez mystérieux, en effet même si je semble exubérante dans la présentation de mon caractère, je ne parle pas souvent, je ne parle pou ne rien dire, je suis directe. J’aime penser, la poésie. Je suis très vite mélancolique, j’aime partir dans un long spleen c’est une chose que j’adore. Je suis un peu associable, en faîte je n’aime pas vraiment les gens. Je suis d’une nature froide et distante, donc au premier abord laissez moi tranquille ou attirez mon attention. Je n’aime pas être dérangé dans ce que je fais. Je n’aime pas le beau temps, je le hais, je ne le supporte pas. Le soleil est mon pire ennemi, la seule étoile que je hais et qui me hait de toute façon. J’ai deux caractères, je ne suis pas schizophrène, j’ai juste un partie de moi qui peu être très calme, comme une autre qui possède une envie de destruction sans limite. Le sang réveille des instincts les plus basiques chez moi. Je dois être un peu flippante non ? Et puis tant pis, dormez les deux yeux ouverts cette nuit, je ne rôde pas loin. Je suis d’une lâcheté sans limite, j’attaque par derrière, pour moi toutes les occasions sont bonne pour gagner, vous tuez, le sommeil est mon allier.

x Physique :

Ne vous est il jamais arrivé de vous retournez pour regarder ces rares femmes à la beauté extraordinaire, et visage magnifique, qui inspirerait à n’importe qui le plus doux des sentiments, le plus magnifique des amours et une attirance, une tentation sans limites ? Hakiko est de ces femmes. Elle possède un teint aussi pâle que les geishas du Japon, la peau plus douce que vous le pensez quand vous la voyez. Le teint pâle vient d’une fuite du soleil, par un moyen bien simple, elle se cache sous de magnifique ombrelle. Ses lèvres sont fines, et pourtant charnues, les traits de sont visage sont en parfaite harmonie, rien ne semble pouvoir déranger. Mais le plus déroutant ce sont ses yeux. Ils sont envoûtants, hypnotisant, simplement magnifiques. D’un vert profond et transperçant, il nuance parfois sur le bleu turquoise, son regard est la chose la plus belle que l’on puisse voir dans sa vie. Le long de son dos, passant par ses fines épaules, une chevelure de jais, une longue et magnifique chevelure d’un noir sans défaut. Une frange balayée vient masquer son front. Elle les attache pour se battre et les sacrifierais pour rien au monde. La chute de son cou forme une courbe parfaite, passant par une poitrine comme toute femme bien constituée ( Merci, Docteur ). Le ventre est plat, rien ne dépasse, une silhouette athlétique comme la sienne sont à envier. Silhouette magnifique, élancée, féminine. Elle mesure 1 mètre 72, pour 50 kilos. Taille et allure de mannequins, assuréement. Tout en elle est fait pour plaire, pour charmer. Mais ne vous faîtes pas avoir. Surtout pas car elle en joue, de cette apparence. C’est comme un leurre, approchez vous admirez, mourrez.
Touchez et là vous êtes certains de mourir dans d’atroces et longues souffrances. Toute rose à ses épines, tout ce qui est beau est dangereux non ?
Hakiko prend donc énormément soin de son apparence, grâce à peau claire, elle marque un énorme contraste par le rouge profond de ses lèvres. Sa garde robe se résume à des shorts, et de nombreux hauts qu’elle achète, qu’elle vole. Rien ne l’arrête, mais le rouge de ses lèvres est authentique, l’histoire est à lire pour comprendre.


x Test Rp
(Pour ceux qui veulent un grade au dessus de Genin)

x Code du règlement : Ok par Kiki'


Vous IRL


x Prénom : Solène

x Âge : 16 ans



x Fréquence d'activité sur le forum : 2 ou 3/7 Les périodes de vacances, je suis là bien plus souvent.


x Comment avez vous connu le Forum ? : un membre m’a donné l’adresse.


Dernière édition par Hakiko Shui le Mar 11 Aoû - 16:27, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Shuu
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 01/04/2009
Age : 25
Localisation : Akatsuki

Fiche Ninja
Technique :
Ryos:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 0:41

Bonjour, les déserteur son malheureusement fermé. Merci de choisir entre Kumo &' Kiri pour un village Very Happy

_________________

You Rock My World.
Ex.Sânin Du Pays de La Feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-shouka.forumactif.org
Hakiko Shui
Déserteur de Rang A
Déserteur de Rang A
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

Fiche Ninja
Technique :
Ryos: 500
Inventaire:

MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 11:40

x Histoire :


Ne la rejette pas.



Qu’entendez-vous ? Entendez-vous ces cris déchirants qui transpercent le calme de Konoha. La nuit est d’une noirceur comme le cœur de cet enfant qui va naître. C’est une femme, d’une rare beauté aux longs cheveux couleur du soleil, et aux grands yeux verts qui souffre le martyr, de lourdes gouttes tombe le long de ses tempes, des larmes de souffrance perlent sur ses joues, malgré le fait que cet enfant st ce qu’elle attend, la douleur est insoutenable. Mei, la mère de Hakiko souffre pour mettre au monde un enfant que l’on attend comme le digne héritier des Shui. On attend un garçon, l’homme qui se tient dans la pièce n’attend qu’une chose l’annonce de la naissance de son fils. Au bout de plusieurs d’heure de souffrance, Mei met au monde, non pas un garçon, mais une fille, une magnifique petite fille, qui déjà avait es traits fins et un nez magnifique. Les yeux de sa mère et les cheveux de son père. Hakiko pousse son premier hurlement. Mei, est la femme la plus heureuse du monde, mais personne ne se dépêche pour prévenir le père, Toshiro Shui ne s’attend pas à ce qu’on lui annonce la naissance d’une fille. Dans la pièce jumelle, il s’impatiente, rien que le fait de l’attendre le rend fou. Il accourt et voit, sa fille, sa colère est telle qu’il ne semble pas se rendre compte qu’il va s’emporter contre la femme qu’il adore et contre son propre enfant. Plus rien de compte, l’enfant pour lui n’est pas le sien et pourtant, la belle Mei a donné une fille à Toshiro.
Hakiko est née durant la nuit, et la noirceur de cette nuit, pourrira son cœur, son âme. Seulement son père ne l’aime pas, non il l’a déteste, pensant avoir l’espoir d’une seconde grossesse, il met son mal en patience, pourtant rien ne va se passer comme prévu. Mei, après ce premier accouchement, ne pourra plus jamais donné d’enfants. Ce fut le premier et le dernier. Toshiro alors anéanti, prend alors une décision choquante, il va élever sa fille comme un jeune homme, non, il n'e l’habillera pas de large kimono, non, il lui apprendra comment se battre, et ceux des son plus jeune âge. Mais jamais sa haine envers elle ne faiblira jamais, au fur et mesure elle grandira même. Plus son corps se formera, plus la belle Hakiko sera détestée de son père, alors que sa mère Mei, plus radieuse encore depuis la naissance de Mei, lui vouera une adoration sans faille. Un amour que Toshiro jalousera.
Un jour alors qu’une énième dispute déchire le couple, Toshiro ne supportant plus les supplications de sa femme, avait décidé qu’elle n’assisterait plus aux entraînements intensifs de la belle. Il est question d’envoyer Mei dans une maison de campagne, pour l’éloigner d’Hakiko, elle se révolte. Plus rien ne va. Hakiko est convoquée, elle entre. Sa mère pleure, la séparation est proche. Dans deux jours, le seul amour et le seul soutien serait loin, et la seul part de respect qu’elle avait encore pour son père fut brisé. Hakiko devenait chaque jour plus forte que son père. Elle ne retiendrait plus ces coups. Les adieux entre Hakiko et sa mère son déchirant, le cœur de la jeune Shui ne noircit un peu plus. Elle qui ne parlait à personne, se fermait et devenait de plus en plus irrespectueuse, capricieuse, maltraite les domestiques et gifle ses cousins. Elle ne supporte rien, n’y personne. Durant, cet adieu, quand Mei s’apprête à partir bien escortée. Son murmure vient troubler les larmes.

- Ne rejette pas la seule chose que je chérisse dans ce bas monde Toshiro.


C’est votre faute.


Hakiko ne supporte pas son père, elle ne peut plus le voir même en peinture. Chaque entraînement est pour elle un véritable supplice et chaque jour que Dieu fait, sa seule envie est de mettre fin à ses respirations, le tuer de ses mains et admirer le sang couler le long du corps de son père.Les entraînements s’enchaînent aus cours à l’école de Konoha, la belle Hakiko qui a alors 14 ans laisse grandir sa haine envers, son père, son clan et son village. Tout l’insupporte, son père ne semble pas la comprendre. Elle ne reçoit que très peu de nouvelles de sa mère, on l’a dit fort faible depuis son départ, l’annonce de son départ avait fait grand scandale, dans la famille comme aux oreilles des comères aux alentours, dans le visage d’Hakiko on voyait le visage de sa mère, et pour cela son père ne la supportait pas.
Alors que l’ambiance à Konoha n’est pas au beau fixe, et que l’humeur d’Hakiko n’est pas vraiment la plus heureuse, autant que quelques choses viennent faire basculer le cœur de la belle Shui, du côté qui fera d’elle une personne détestable, comme si le travail de son père n’avait pas déjà rongé son âme. Non loin de Konoha, alors que Mei reste à fixer le paysage sur le parquet laqué et entre deux portes, dans un beau kimono couleur du ciel la nuit, la luxueuse maison est enviée par une troupe de bandits, voleur et gangster. La maison de campagne Shui est attaquée, Mei et les domestiques sont prit au piège, les seuls ninjas qui protégeaient la mère d’Hakiko ont été tué par leur confiance trop importante en eux, et ayant sous-estimé leur adversaires. Dans l’heure qui suit, la mère d’Hakiko se fait assassiner, sans que son visage ne soit abîmé. La nouvelle arrive aux oreilles d’Hakiko. Elle entre comme une furie dans les appartements de son père, hurle, les yeux remplis de larmes, elle incendie son père de toutes les insanités, qu’elle peut débiter. La gifle tombe, comme si c’était la première, mais celle-ci c’est celle de trop. C’est celle qu’il ne fallait pas donner. Hakiko accuse ouvertement son père de la mort de sa mère, c’est lui qui l’a éloignée, il savait très bien ce qu’il faisait et pourtant, il l’a fait sachant pertinemment que cela blesserait sa jolie fille. Il ne semble pas affecté par la mort de sa femme.

- Vous saviez ce que vous faisiez père en voyant ma mère en campagne !
- M’accuses-tu de l’avoir tué ?
- Si son souffle s’est arrêté, si son cœur s’est stoppé c’est de votre seule faute Toshiro Shui !
- Insolente créature à qui j’ai donné la vie, comment peux tu me parler ainsi ?
- Vous ne m’avez jamais aimé, déclara t-elle, Je ne vous tiens pas dans mon estime et je compte bien vous faire payer pour la mort de ma mère.
- Ta mère ?
- Mei Shui était la seule personne bien et censée de cette famille, et vous, Ô vous, je vous hais.


Hakiko se retourna, deux katanas entre ses fines mains, fines sûrement mais pleine de force, de détermination et de haine. Son père la regarde avec horreur, elle allait bien le tuer, tout ce qui était mauvais en elle venait de lui, il avait lui-même façonner le cœur d’Hakiko, il s’était conduit à sa propre perte. Elle planta alors ses deux katanas dans les flans de son père, son visage se crispa, le souffle quittait le corps du dernier Doyen Shui, le chef du clan allait mourir, il ne faisait que s’accrocher à un fils inexistant, Un large sourire se dessina sur les lèvres roses d’Hakiko. Il goûtait aux fers de sa propre fille, cette fille qui pendant 16 longues années avait rejeté. Qu’il aille en enfer, elle le rejoindrait très vite sûrement, car la vue du sang l’a fit rentrer dans une folie meurtrière. Elle tua toutes les personnes qui se trouvaient dans le domaine Shui, malchanceux étaient-ils de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, mais tous pourtant savait qu’Hakiko était tout sauf stable en ce moment. Au milieu de tout cela, Elle. De lourdes gouttes de sang tombant le long de ses fins traits, et suintant le long de sa bouche, le long de ses lèvres, teintant sa bouche d’un rouge cramoisis. Elle regarde la couleur rouge se frayer un chemin, tomber dehors, et colorer la neige dehors. La neige. La neige. Si belle, si froide, et désormais souillée par le sang, ainsi était Hakiko aujourd’hui.

« Je suis Belle, Ô mortels comme un rêve de pierre, éternel et muet ainsi que la matière est fait pour inspirer au poète un amour. »

Bien entendu, cette série d’assassinats n’est pas passé inaperçu au village, les cris déchirants, les portes déchirés. On vient arrêter le coupable, mais on ne s’attend pas à voir Hakiko souriante dans une mare de sang, avec cette beauté écorchée vive. Mais restant magnifique malgré le spectacle morbide. On la releve, elle se laisse simplement faire. Elle se fera tuer ? Elle partirait, elle partirait vivre comme bon lui semble, laissant le massacre des Shui. Elle rit, sa folie meurtrière la rend hystérique, elle rit dans les rues. Quel scandale, elle est présentée à l’Hokage de l’époque, elle est enfermée mais cette prison n’est rien. Dans la nuit, elle réveille celui qui l’a surveille, et use de sa beauté pour lui voler les clefs, le tuer, et s’enfuir. Elle prend ses deux katanas et quitte Konoha dans la nuit. Dans un Kimono court fleuris de fleurs bleues comme celle que sa mère appréciait, un long manteau couvre son corps, une large capuche couvre ses longs cheveux et ses lèvres sont désormais teintées d’un rouge assassin. Elle sourit, ouvre son ombrelle et quitte le village en laissant derrière le corps d’un garde qui avait tenté de la tuer. Une longue traîne de sang, elle laisse traîner son katana, un appel à la retrouver. Elle sourit, c’est si bon, la liberté.
Elle retrouve la maison où sa mère fut tuée, et bien heureusement elle n’a été pas vidé. Elle jubile, elle sort ses katanas. Elle tuera tout ce qui bougera, femmes, enfants et hommes, tout ce qui respirait, elle tuerait. Elle briserait les ambitions, les rêves, les buts, les sentiments, elle briserait tout cela par son fer, par sa détermination et jubilerais en regardant le sang couler le long de ses lames et pouvoir goûter à la vengeance, sa haine l’emporte sur tout sentiments. Elle entre et se délecte, qu’ils vivent tous leurs derniers instants la faisait incroyablement rire. Elle tua tout sur son passage, et trouva alors dans une des nombreuses cuisine, une mère tentant de protéger son enfant, elle se mit à rire. Ils auraient du fuir, ils en avaient le temps. Non, il fallait que ces deux imbéciles viennent se cacher dans les cuisines, elle avança gracieuse, lente et dangereuse, elle essuya ses lames, les rendant propres et prête à utiliser. Elle soupira, pour les deux derniers assassinats, elle pendrait son pied. Elle regarda la mère, puis l’enfant, elle commencera par l’enfant pour voir l’horreur dans les yeux de la femme, le chagrin le plus profond et la haine qui s’en suivrait. Elle voulait voir ce qu’elle tenterait en vain contre elle, en suivant ce stupide instinct que l’on nomme maternel. Elle prit l’enfant de force, qui pleurait des larmes, des litres de larmes salées. Elle Planta ensuite son katana dans le frêle corps et le laissa convulser tranquillement avant de le laisser se noyer dans son propre sang. La mère hurla, comme elle n’avait jamais dû hurler. N’était-il pas mieux que ce soit l’enfant qui paye en premier après tout ? Il n’aurait pas supporté de voir sa mère mourir devant lui, cela aurait été trop cruel. La mère se jeta sur elle, oh, oh. On ne touche pas. Hakiko, belle et majestueuse l’attrapa par le cou et murmura quelques mots, qu’elle voulait consolants.

- Penses-tu pouvoir quelques choses contre moi ?
- Vous si belle, pourquoi ?
- Parce que cette maison n’est autre que celle de mère et les hommes qui s’y trouvait, ont pris la vie de ma mère, alors je viens vous prendre la vie, et abréger ta souffrance car tu viens de perdre ton fils n’est pas ?


Elle tua la femme. C’en était fini de l’innocente Hakiko, désormais rien ne pouvait l’empêcher de tuer, tout ce dont à quoi elle aspirait désormais c’était elle et le sang de chacune des victimes qu’elle tuait.Elle quitta les cadavres, contente de sa vengeance, cette sanglante vengeance, et laissa derrière elle une fleur bleue, ce serait désormais sa signature. Elle remit sa capuche en place, propre sur elle, sans aucune goutte de sang. Elle brûla tout.


Dernière édition par Hakiko Shui le Mar 11 Aoû - 16:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Shuu
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 01/04/2009
Age : 25
Localisation : Akatsuki

Fiche Ninja
Technique :
Ryos:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 11:41

Bonjour, merci de nous tenir informé si tu as terminé Very Happy

_________________

You Rock My World.
Ex.Sânin Du Pays de La Feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-shouka.forumactif.org
Hakiko Shui
Déserteur de Rang A
Déserteur de Rang A
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 25
Localisation : Qui sait ?

Fiche Ninja
Technique :
Ryos: 500
Inventaire:

MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 15:18

x Test Rp

Ce que le réveil est difficile, Hakiko vient de passer une nuit tourmentée comme chacune de ses nuits depuis la mort de sa mère. Aujourd’hui, Happy Birthday, c’est son anniversaire. 19 ans déjà, ce que le temps passe vite. Elle va s’offrir un cadeau, un village entier de pêcheurs à quelques kilomètres d’ici. Le simple fait de savoir qu’elle allait tuer ce soir la rendait de bonne humeur. Elle sortit du lit, enjamba, heureuse le cadavre d’une femme, qui devait être une femme de chambre. Elle haussa les épaules, blasée de ce spectacle, elle déambula pieds nus dans le sang laissant derrière elle un joli jeu de piste pour la retrouver dans la douche. Elle laissa l’eau brûlante dessiner ses courbes, elle arrêta l’eau. Elle sortit, s’habilla. Quel bonheur une bonne douche. Elle passa sur ses lèvres, le rouge carmin, et tira sur ses paupières un long trait noir.
Elle attacha ses cheveux, traîna les cadavres dans la salle principale, deux parents, un doyen, et deux jeunes garçons d’environ 12 ans. Les entassa, et les aspergea de produit hautement inflammable, elle fit cela presque en souriant, elle allait brûler les corps ainsi que la maison, après avoir lentement aspergé les corps, elle traça un chemin dans toutes les pièces de la maison n’oubliant pas le joli jardin avec sa mare d’eau claire, où Hakiko s’était détendue. Quel moment jouissif pour elle. Elle n’utilisa pas de technique pour allumer le feu, oh non, elle préférait utiliser une toute petite et ridicule allumette pour embraser la maison. Le feu suivit le chemin tracé par Hakiko, c’était si beau à voir. Elle resta un petit instant regarder le feu. Puis laissa derrière elle cette fleur bleue, non pas pour signifier que c’état un cadeau à sa mère, oh non, elle ne supporterait pas de voir sa fille ainsi, c’était simplement un témoignage de son passage et la seule chose qui lui rappelait sa mère. La fumée montante alerta des ninjas non loin, elle quitta avec rapidité les lieux, sans demandé son reste, vu qu’il n’y en avait pas. Elle ouvrit son ombrelle, même s’il n’y avait pas soleil. c’était sa façon de voyager.

[ En cours ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Shuu
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
| Akatsuki Ninja - Sous-Chef |
avatar

Messages : 636
Date d'inscription : 01/04/2009
Age : 25
Localisation : Akatsuki

Fiche Ninja
Technique :
Ryos:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   Sam 1 Aoû - 15:21

Re coucou ♥️ On ne donne plus de test RP !! :S Ce serra donc déserteur de rang A

_________________

You Rock My World.
Ex.Sânin Du Pays de La Feuille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-shouka.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hakiko Sui vous dîtes ? [ En cours ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels élèves avez vous eus à votre cours ?
» Cours de Franglais!
» Amphi pour les cours de Genjutsu
» Evenement en cours ~ Préparez vous o/
» Cours de Breton: pourquoi pas vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Shouka :: Présentations :: 
» Zone Présentation «
 :: Nuckenin :: Présentations en cours
-
Sauter vers: